Fermer
Revenir aux métiers

Les MSP : un mode d'exercice professionnel collectif et coordonné

Présentation, définition, étapes clés
et atouts de ce mode d’exercice
Le pharmacien et la MSP : La profession, compétences et chiffres clés Le pharmacien et la MSP : Apports spécifiques du pharmacien, avantages de l’exercice en MSP et points de vigilance Focus sur l’Accord Conventionnel Interprofessionnel (ACI)

Les apports de la loi du 26 janvier 2016 : de nouveaux dispositifs au service de la coordination en santé

Les équipes de Soins Primaires (ESP) Les communautés Professionnelles Territoriales de Santé (CPTS) Les Contrats Territoriaux de Santé

Le regroupement d'officines : une éventuelle étape préliminaire au regroupement pluri-professionnel en MSP

Objet et intérêts du regroupement d'officines Les étapes du regroupement d'officines

Contacts

Contacts
Boite à outils | Bretagne |
Menu

APPORTS SPÉCIFIQUES DU PHARMACIEN, AVANTAGES DE L'EXERCICE EN MSP ET POINTS DE VIGILANCE



LES APPORTS SPÉCIFIQUES DU PHARMACIEN À UNE ÉQUIPE PLURI-PROFESSIONNELLE




- Expert du médicament

- Acteur de proximité  disponible pour ses patients

- Acteur incontournable dans l'organisation du parcours de soins, en relation avec les autres professionnels de santé, par la connaissance du patient et de son environnement.






LES APPORTS SPÉCIFIQUES DU PHARMACIEN À UN PROJET DE SANTÉ


Prévention et actions de santé publique 

Conseil, relais de campagnes d’informations, orientation vers un dispositif, entretiens pharmaceutiques (diabète, AVK, asthme, sevrage tabagique…)

Protocoles pluri-professionnels

L’une des expressions du travail en équipe pluri-professionnelle en maison de santé est le protocole pluri-professionnel. Ce protocole est un projet réalisé par et pour l’équipe à partir d’un constat de problématiques de prises en charges, de demandes récurrentes de patients. Outil de coordination pluri-professionnel, il guide les professionnels dans la prise en charge de patients.

Un protocole pluri-professionnel décrit, pour une situation type, le schéma optimal de prise en charge par l’équipe en précisant qui fait quoi, quand, comment. Ces protocoles sont élaborés ou adoptés par l’équipe en tenant compte des recommandations notamment de la HAS et de l’environnement de l’équipe (ressources, professions…). Ces protocoles sont un moyen efficace pour organiser la prise en charge de situations complexes ou fréquentes.

Quelques exemples de thèmes de protocoles pluri-professionnels : diabète déséquilibré, lombalgies chroniques, AVK, dépistage et prise en charge pluri-professionnelle de l’enfant de 2 à 10 ans en surpoids ou en obésité, repérage et la prise en charge pluri-professionnelle de la fragilité chez la personne âgée de plus de 70 ans, prise en charge de la BPCO, dépistage et le suivi de la non observance du traitement à partir de l’analyse du stock restant de médicaments, prise en charge de l’insuffisance cardiaque, prise en charge du pied diabétique. 

À différencier des protocoles de coopération "article 51" de la loi HPST. Dérogatoires à l’exercice professionnel, ils instaurent une délégation d’actes. Ils nécessitent :

– l'avis de l’ARS sur le besoin au niveau local;

– l'avis de la HAS sur la qualité et la sécurité des soins;

– l'autorisation du protocole dans la région pour un an, renouvelable par l’ARS.

Des outils pour vous aider à élaborer et rédiger des protocoles de coopération sont téléchargeables sur le site : www.has-sante.fr ou sur le site : www.apmsl-paysdelaloire.com

Repérage/Dépistage

Exemples :

- repérage de la fragilité chez la personne âgée, d'une éventuelle DMLA (Dégénérescence Maculaire Liée à l'Âge), de la BPCO (Broncho-Pneumopathie Chronique Obstructive), ...

- dépistage de l'angine et de la grippe, mesure de la glycémie, ...

Orientation

Le pharmacien juge de la nécessité ou pas d'adresser le patient à son médecin traitant, à un spécialiste en accès direct ou de l'orienter vers les urgences.

ETP (Éducation Thérapeutique du Patient)

L’éducation thérapeutique du patient vise à aider les patients à acquérir ou maintenir les compétences dont ils ont besoin pour gérer au mieux leur vie avec une maladie chronique.
Elle fait partie intégrante et de façon permanente de la prise en charge du patient.
Elle comprend des activités organisées de sensibilisation, d’information, d’apprentissage de la gestion de la maladie et de soutien psychosocial.
Elle a pour but d’aider les patients (ainsi que leurs familles) à comprendre leur maladie et leur traitement, à collaborer avec les soignants, et à maintenir ou améliorer leur qualité de vie.
Qu’est-ce que peut faire le pharmacien dans le cadre de l’ETP ? Il peut être membre de l’équipe et animer une séance, il peut coordonner l’ensemble d’un programme et/ou en être à l’initiative, sous réserve d'avoir bénéficié d'une formation ETP de 40 heures.

Étude de cas complexes

En cas de nécessité, le pharmacien peut prendre contact avec la PTA (Plateforme Territoriale d'Appui) pour répondre au difficultés rencontrées par le patient.

Accueil des stagiaires y compris en inter-professionnalité


AVANTAGES

POINTS DE VIGILANCE

- Travail en exercice coordonné entre professionnels de santé pour une meilleure prise en charge du patient

- Meilleure connaissance des professionnels de santé de son territoire pour permettre un recours plus pertinent et plus adapté à la compétence des professionnels concernés

- Améliorer le transfert d’informations

- Pouvoir intégrer des protocoles pluri-professionnels et des programmes d’ETP

- Bénéficier de subventions (Fond d'Intervention Régional) pour la mise en place de projets communs

- Améliorer et développer de nouvelles pratiques et/ ou compétences professionnelles

- Dans certains cas, participer à une maison de santé ou à toute forme d’exercice coordonné peut permettre de conforter la situation économique de l’officine


- Dans le cadre d’une maison de santé, seul(s) le ou les pharmaciens titulaires ou adjoints peuvent intégrer l’Association

- Seul le pharmacien titulaire peut intégrer la SISA (Société Interprofessionnelle de Soins Ambulatoires)

- Intégrer le projet le plus tôt possible, être force de proposition

- Toujours informer tous les professionnels de santé du territoire de la réflexion sur un éventuel projet de santé

- Bien définir les frontières de la maison de santé. Comment définit-on le territoire ? Quelle zone ?

- Anticiper les départs et arrivées des professionnels de santé et ainsi créer des conditions favorables à l’exercice coordonné et assurer la continuité des soins

- Rendre visibles ses compétences dans la mise en place des projets (réussir à trouver sa place dans le projet)

- Se faire accompagner par des experts compétents : experts juridiques, experts comptables, URPS, ARS, etc.

- Pour tout projet, établir dès le début les règles de rémunération de chaque professionnel